menu

Diabète de type 1 : comment vivre avec ?

Vivre avec un diabète de type 1 nécessite de prendre quelques précautions .

En premier lieu, la personne qui vit avec un diabète de type 1 doit surveiller son alimentation.

Elle peut se faire aider des conseils d’un diététicien. L’objectif principal de l’alimentation d’une personne atteinte de diabète de type 1 est d’éviter les trop grandes variations glycémiques. Il n’existe pas de recette type, le régime dépendant du poids, des habitudes alimentaires, du profil glycémique et de son schéma d’insulinothérapie.

Cependant, les glucides ne doivent pas en général dépasser 40 % des apports caloriques journaliers ; les protéines sont limitées au maximum à 20 % ; les lipides, n’étant pas particulièrement limités peuvent atteindre 40 % de la ration calorique quotidienne.

Quelques conseils :

  • Ne pas sauter un repas
  • Etre régulier dans ses apports alimentaires d’un jour à l’autre
  • Bien répartir ses apports en glucides au cours de la journée (en 3 à 5 prises)
  • Réduire la dose d’insuline avant une activité physique
  • Contrôler sa glycémie en cas de malaise pour dépister une hypoglycémie et la corriger.

L’adhésion à une association ou à un groupe de soutien peut aider. Le port d’une carte de diabétique facilite la prise en charge dans les services d’urgences. L’arrêt du tabac est vivement souhaitable.

Comment marche l’autosurveillance ?

Surveiller le diabète de type 1 demande au patient d’être au cœur du dispositif. C’est lui qui fera une autosurveillance de sa glycémie capillaire en pratiquant, plusieurs fois par jour, un prélèvement de sang au doigt et en l’analysant en quelques secondes avec un lecteur de glycémie.

Simple à manipuler, celui-ci retient en mémoire les glycémies et permet d’ajuster les doses d’insuline et leur répartition au cours de la journée. Il existe différents types de lecteurs de glycémie avec des systèmes d’utilisation différents.

Les rendez-vous chez le médecin ou à l’hôpital sont l’occasion de faire un point sur l’adaptation du traitement. L’autosurveillance permet de les préparer au mieux.

 

En savoir plus